Histoire de l'art : Rome - République et Julio-Claudiens

Sculpture Julio-Claudienne

 

Portraits

 
-   Sous le règne des premiers empereurs, la sculpture va très vite évoluer de l’idéalisme sensuel hellénistique, vers un rigorisme naturaliste tout à fait d’esprit romain afin de rendre l’expression réelle du personnage représenté.

-   Ces deux portraits de femme illustrent parfaitement cette évolution.

-   « Antonia », sculptée à la manière hellénistique, est idéalisée. La douceur du trait et la sensualité de l’expression sont de mise.


Antonia


Agrippine

-   Par contre « Agrippine » n’est nullement idéalisée, ce qui en fait un portrait réaliste sans concession par rapport aux défauts du visage.
 
Portraits en pied

 


Auguste de la via Labicanan

-   Sous Auguste, naît le portrait impérial en pied.

-   Destiné à rendre gloire à l’empereur, celui-ci est présenté dans des poses théâtrales triomphales. L’allure est toujours stricte, le caractère du visage sévère.

-   Au début, l’influence grecque est manifeste comme on le remarque sur cette statue d’ « Auguste de la via Labicanan » qui présente l’empereur en grand pontife, dans une attitude impressionnante, mais dont les plis de la toge sont tout hellénistiques.

-   De même, même si la rigueur s’installe, la statue d’  « Auguste de Prima Porta » qui s’appuie sur la jambe droite, offre une grande ressemblance avec le Doryphore de Polyclète (artiste athénien du Vè siècle).


Auguste de Prima Porta


Claude

-   Peu à peu, la sculpture impériale s’éloigne de la tradition hellénistique.

-   L’ « Empereur Claude » est traité avec une pompeuse grandiloquence, ce qui souligne l’éloignement accompli entre l’art grec élégant et

bar38.gif (10187 octets)

Proposé par Frédéric BARRON

Si j'ai malencontreusement utilisé illégalement une photo, merci de me le signaler.
Je la supprimerai aussitôt de ce site.