Histoire de l'art : Rome - Fin de l'Empire

IIIème et IVème siècle

 

Architecture

 
-   Au cours du IIIème siècle, dans ces périodes de violence guerrière, l’architecture devient vigoureuse et monumentale

-   Ainsi, les thermes de Caracalla à Rome sont couverts d’énormes voûtes, ce qui prouve que techniquement l’architecture a considérablement progressé.  Mais ce gigantisme se produit au détriment des proportions qui perdent en harmonie. Le message de force devient la norme.


Thermes de Caracalla (reconstitution)


Basilique de Constantin

-   En cette fin d’Empire au négoce impressionnant,  sont construits d’immenses lieux  d’échanges commerciaux : les basiliques.

-   Les vestiges de la nef latérale de la basilique de Constantin à Rome impressionnent par ses immenses voûtes  hautes de 35m.

-   Son plan à 3 nefs sera repris par les chrétiens lorsqu’ils édifieront les églises ouvertes aux fidèles.

-   L’immense palais de Dioclétien édifié à Split (Yougoslavie) présente dans sa décoration, de petits arcs aveugles et des colonnes qui ne remplissent aucune fonction. Ils préfigurent, tout comme les exemples précédents, le premier art roman occidental.


Palais de Dioclétien à Split (reconstitution)

 
Reliefs

 


Arc de Constantin

-   Dès le règne de Septime Sévère (193 - 211), les reliefs sculptés présentent des caractères qui annoncent ceux des œuvres médiévales occidentale : ornementation qui perd en élégance ; reliefs qui se découpent en ombres et en lumière très marquées.
-   Ainsi, l’arc de Constantin à Rome (vers 315) qui fourmille de reliefs volés à des constructions du temps des Flaviens et des Antonins, exprime parfaitement cet art romain tardif : les figures se découpent avec raideur ; il n’y a plus d’effet de perspective comme dans les périodes précédentes.


Arc de Constantin


Sarcophage

-   L’objectif artistique a pour but de décrire et non plus de susciter des émotions esthétiques.

-   Les personnages peuvent alors être représentés sans souci de réalismes.

-   Le corps humain n’est plus un sujet d’admiration, mais un instrument servant à exprimer des idées.

-   Ainsi, ce sarcophages retrace les 12 travaux d'Hercule.


Sarcophage

 
Sculpture

 
-   L’art du portrait impérial exprime la personnalité avec une intensité jamais atteinte jusqu’alors.

-   Dans ce buste de Caracalla (211217) on trouve la tension de l’homme qui voit l’Empire s’écrouler autour de lui.


Caracalla


Elagabal

-   Sur ce buste, l’expression d‘Elagabal (empereur mystique de 218 à 222) est lointaine et secrète. On est loin de la ferme majesté des représentations des premiers empereurs.
-   le groupe en porphyre rouge des quatre Tétrarques (empereurs du IVème siècle) ne possède définitivement plus la rondeur des formes grecques. Les figures sont trapues, ont les membres raides, offrent des visages aux volumes cubiques et aux regards fixes.

-   L’expression de la sensibilité a disparu, et la raideur des attitudes annonce l’art médiéval à venir.


Les quatre Tétrarques

 
Mosaïques

 


Constantine : Triomphe de Neptune

-   La mosaïque qui constitue au IVème siècle l’élément essentiel de la décoration des murs et des sols, est marquée par une stylisation abstraite de plus en plus accusée. Si certains détails sont exagérés avec une grande exactitude, l’ensemble s’éloigne des proportions réelles au profit d’un expressionnisme extrêmement vivant.

-   On remarque ces caractéristiques sur cette mosaïque représentant « le Triomphe de Neptune et d’Amphitrite ».

-   Ce combat d’un gladiateur contre un fauve, malgré sa stylisation est criant de vérité.


Villa romaine

bar38.gif (10187 octets)

Proposé par Frédéric BARRON

Si j'ai malencontreusement utilisé illégalement une photo, merci de me le signaler.
Je la supprimerai aussitôt de ce site.