Histoire de l'art : Art roman

France : architecture

 

Technique architecturale

 
-   Dès l’an 1000, le développement de la vie monastique amène une construction massive de monuments religieux en Italie, en Gaule et dans les provinces rhénanes de Germanie.

-   Caractérisé par ses références romaines (autant technique qu’artistique) ce mouvement qui durera jusqu’au début du XIIIème siècle est nommé « art roman ». Néanmoins, il ne faut pas perdre de vue que cet art roman est l’aboutissement de progrès technique entrepris en Occident depuis l’aire carolingienne.


Conques : Sainte-Foy


Voûte en berceau continu


Abbaye de Sénanques

-   Très vite, l’architecture romane se caractérise par la grande importance qu’acquièrent les voûtes (destinées à assurer plus de solidité et de résistance au feu à l’édifice que les plafonds en bois habituels).

-   En ces débuts de renouveau architectural, la voûte en berceau continu (en plein cintre avec régulièrement des arcs de renfort – les arcs doubleaux –) par sa simplicité de construction devient la norme. Les antiques bâtiments romains (encore présents à Arles, Nîmes…) ont dû servir de modèle.

-   Néanmoins, les artistes romans n’ont aucun goût pour les proportions codifiées, ce qui amène une grande liberté de proportions d’une région à l’autre et fait de l’art roman un art original à part entière.

-   En croisant 2 voûtes en berceau, on obtient la voûte d’arrête qui permet de donner plus de relief et de variété au plafond des monuments.

-   La voûte d’arrête est de ce fait très souvent utilisé dans les nefs latérales dont le caractère est plus intime que la grande nef centrale des églises.


Voûte d'arrête


Chaux-de-Fonds


Conques (Sainte-Foy)

-   Cette utilisation hiérarchisée de ces 2 sortes de voûtes (en berceau et d’arrête) est manifeste sur ce plan de Sainte-Foy de Conques (rectangle = voûte en berceau continu dans la nef centrale – rectangle et diagonales = voûtes d’arête dans les 2 nefs latérales).

-   On remarque de plus au-delà du transept (en marron), l’abside demi-circulaire (en rose) qui forme un déambulatoire s’ouvrant sur des chapelles.

-   Enfin, dans certaines régions en relation avec Byzance, la coupole inspirée des bâtiments byzantins est utilisée, mais en fonction des moyens techniques accessibles.


Coupole sur pendentifs


Périgueux : Saint Front

 
Eglises de Provence

 
-   En Provence, l’architecture romane (par son histoire liée à celle de Rome) a intégré les formes classiques romaines.

-   Ainsi, les églises sont construites avec de gros blocs de pierre (tradition romaine).

-   De même, suivant le plan des basiliques primitives, les nefs latérales servent de contreforts à la nef centrale en plein cintre.


Nîmes : église Saint-Paul


Avignon : cathédrale

-   On remarque qu’à la croisée de la nef centrale et du transept, s’élève généralement une tour ou une coupole qui permet de faire pénétrer la lumière extérieure (L’idée de lumière zénithale parcourra l’art religieux chrétien dans les siècles à venir).

-   Sur les façades extérieures (Carpentras, Nîmes, Cavaillon ; Arles ; Avignon ; Saint-Gilles-du-Gard), les sculptures (techniquement et stylistiquement) s’inspirent de la période romaine (de l'architecture et des sarcophages).


Reliquaire de Sainte-Foy

 
Eglises du Languedoc

 
-   L’architecture romane du Languedoc, en ce qui concerne le plan général, est voisine de celle de la Provence. Par contre on constate que la sculpture tient une place très pauvre sur la façade. En Languedoc l’influence romaine tardive est donc moindre.


Toulouse : Saint-Sernin


Toulouse : Saint-Sernin

-    Saint-Sernin de Toulouse (1080) est une basilique à 5 nefs avec un large transept et un vaste déambulatoire qui fait le tour du chœur, et sur lequel s’ouvrent 5 chapelles.

-   L’importance donnée au déambulatoire (destiné à la circulation des pèlerins venus honorer les reliques d’un saint) est typique des églises de pèlerinage situées sur la route de Saint-Jacques-de-Compostelle. Ce déambulatoire deviendra un des éléments fondamentaux de l’architecture gothique.

-   On retrouve la même organisation (façade sans sculpture ; déambulatoire) à Sainte-Foy de Conques (XIème siècle).

-   Après la destruction de l’hérésie albigeoise, le style Languedocien, se diffusera en Italie et en Espagne (du fait de l’émigration des artistes).


Conques : Sainte-Foy

 
Eglises d'Auvergne

 
-   Avec (comme à Saint-Nectaire – 1080) leurs façades flanquées de 2 tours, ainsi que par leurs transepts éclairés par une tour-lanterne dressée à la croisée de la nef centrale et du transept ; l’architecture auvergnate deviendra le modèle des églises gothiques (Notre-Dame de Paris par exemple).


Saint-Nectaire


Clermont-Ferrand : Notre-Dame du-Port

-   On remarque que dans cette région éloignée de l’influence romaine, les églises sont pauvres en sculpture.

-   En contrepartie, l’effet décoratif se trouve dans la décoration architectonique extérieure : arcs de grande dimension ; emploi de pierres de couleurs différentes (roches basaltiques bleues ; pierre calcaire jaune).

 
Eglises d'Aquitaine

 
-   En Aquitaine (en commerce florissant avec les Vénitiens), la coupole (d’inspiration byzantine) s’implante au détriment de la voûte en berceau caractéristique du sud de la France.


Périgueux : Saint-Front


Périgueux : Saint-Front

-   Ainsi, Saint-Front de Périgueux (1120 – 1150) avec son plan centré en croix grecque, et ses 5 coupoles, semble reprendre l’inspiration byzantine de la basilique Saint-Marc à Venise.
-   Il est remarquable de noter que si la structure est influencée par Byzance (coupoles), la façade principale l’est par la proche Provence (forte présence décorative).

-   On le remarque sur ces façades surchargées de la cathédrale d’Angoulême et de Notre-Dame-la-Grande de Poitiers (1143) (dites « façades écran » car elles cachent la structure principale du bâtiment).


Angoulême : cathédrale


Poitiers : Notre-Dame-la-Grande

-   Ces façades foisonnent de sculptures, d’arcs décorés, et de décorations abstraites (pignon à décor géométrique ; tourelles à décor en formes de pin…). Aucun vide ne trouve sa place.
 
Eglises de Bourgogne

 
-   C’est en Bourgogne que naît la réforme des moines bénédictins de Cluny (Référence religieuse des années à venir).

-   De ce fait, l’immense abbaye de Cluny (1088 ; presque entièrement détruite) impose ses règles architecturales : 2 tours clocher en façade ; 3 ou 5 nefs ; un transept affirmé ; une abside entourée d’un déambulatoire ouvert sur des chapelles rayonnantes.


Cluny


Paray-le-Monial

-   Notre-Dame de Paray-le-Monial (1109) avec son porche flanqué de 2 clochers, sa nef centrale élevée, ses 2 bas-côtés et son imposant transept saillant ; reprend point pour point les principes clunisiens.

-   On remarque l’énorme tour-lanterne à multiples baies.

-   La basilique Sainte-Madeleine de Vézelay (1120) d’un pur style bourguignon, présente une nef très allongée couverte de voûtes d’arrêtes.

-   Très élevée, la nef centrale est contrebutée à l’extérieur par des arcs-boutants retombant au-dessus des bas-côtés et sur des contreforts.

-   Ce parti (nouveau) sera adopté et amplifié par l’architecture gothique (comme à Notre-Dame de Paris).


Vézelay

 
Eglises de Normandie

 
-   En Normandie (dont le style essaimera en Angleterre après sa conquête par Guillaume le conquérant), les églises sont hautes.

-   La raison, en ce pays peu ensoleillé, a été de pouvoir ainsi percer les vastes nefs par de nombreuses ouvertures destinées à faire entrer un maximum de lumière afin de les rendre lumineuses.


Caen : Abbaye aux Hommes


Caen : Abbaye aux Hommes

-   On le remarque à l’abbaye aux Hommes de Caen (milieu du XIème siècle).

-   Il est intéressant de noter que la décoration (très dépouillée) se résume principalement à des ornements géométriques qui rappellent les influences nordiques barbares.

-   La façade de l’abbaye aux Dames de Caen avec ses 3 portes correspondant aux 3 nefs, est flanquée de 2 hautes tours massives (annonciatrice de l’art gothique, et également de l’art normand en Sicile).


Caen : Abbaye aux Dames

 
Eglises d'Ile-de-France

 
-   En Ile-de-France, l’église de Saint-Denis construite par l’abbé Suger en 1140 est une des premières églises de style roman qui (avec ses contrebutements) annonce le gothique.

-   Ici, le déambulatoire distribuant de nombreuses chapelles devient un élément fondamental répondant au chemin de pèlerinage.


Saint-Denis


Saint-Benoît-sur-Loire

-   Quant au monastère de Saint-Benoît-sur-Loire, il inaugure la tradition du « clocher porche ».

-   Tout comme à Saint-denis, le déambulatoire fait le tour d’un vaste chœur largement éclairé par des fenêtres hautes (notons que les voûtes de la nef sont d’époque gothique).

 
Monuments civils

 
-   La « cité » et le « château féodal » sont le cœur de l’urbanisme de l’époque romane. Pour des raisons défensives en cette époque trouble, ceux-ci suivent un urbanisme immuable constitué d’une succession d’enceintes et d’espace d’accueil.

-   Carcassonne est un exemple parfait de cité médiévale, avec son rempart défensif interrompu régulièrement par des tours crénelées de guet reliées par un chemin de ronde.


Carcassonne


Saint-Antonin

-   Des rares bâtiments civils existants, notons l’Hôtel de ville de Saint-Antonin (Tarn-et-Garonne - 1125).

-   On retrouve la simplicité décorative des églises romane de la région, et les arcs en plein cintre des ouvertures.

-   Quant-à-lui, le château féodal possède le plus souvent une robuste tour carrée (le donjon) haut de 2 ou 3 niveaux, où le seigneur vit avec sa famille et ses serviteurs.

-   Le donjon est en fait l’élément central d’une succession de lieux publics de plus en plus protégés contre les agressions extérieures : 1ère enceinte ; 2ème enceinte ; donjon.

-   Le château de Foix avec ses tours-donjons en est un des rares encore visible.


Foix


Nyons

-   Enfin, le pont (très étroit et constitué d’un seul arc) se révèle le monument public roman le plus important.

-   Certains destinés à enjamber des grands fleuves (comme le pont d’Avignon) comptent plusieurs arches à l’imitation des ponts romains.

bar38.gif (10187 octets)

Proposé par Frédéric BARRON

Si j'ai malencontreusement utilisé illégalement une photo, merci de me le signaler.
Je la supprimerai aussitôt de ce site.