Histoire de l'art : 1ère Renaissance

Flandres (Belgique) : peinture

 

Van Eyck : " L'Agneau Mystique " de Gand


Van Eyck : Agneau Mystique

-   Au début du XVème siècle, en Bourgogne et en Flandres (à l’époque unifiées) l’intérêt croissant pour rendre la nature (indépendamment de l’évolution de l’art toscan, mais néanmoins de façon similaire) implique le recours à des éléments réalistes.


Van Eyck : Agneau Mystique


Van Eyck : Agneau Mystique

-   Avec le polyptique de Gand (Belgique) « L’agneau Mystique » (1432), Jan Van Eyck abandonne les normes médiévales et l’or mystique du fond des retables gothiques. En opposition, il fait une grande place au paysage, à la nature exubérante (roches, arbres, chevaux, fleurs…), aux personnages dépeints avec réalisme. Bref ! à l’Humanisme naissant.

-   Sur un des panneaux, Le visage de la Vierge révèle un goût accusé pour le portrait réaliste.
-   Teinté d’une sensualité nouvelle, il tranche avec les visages stéréotypés des décennies gothiques.


Van Eyck : Agneau Mystique

     
Van Eyck : Agneau Mystique

-   Sur 2 panneaux séparés, « Adam » et « Eve » sont peints dans leur nudité avec un étonnant réalisme nouveau qui ne fait aucune concession aux convenances habituelles.

-   Enfin, « Les Anges musiciens » sont d’une sensibilité toute exprimée.

    
Van Eyck : Agneau Mystique

 
Van Eyck : Tableaux de chevalet

-   Avec « La Vierge du chancelier Rolin », malgré une composition encore gothique Van Eyck propose une avancée remarquable vers le rendu du réel. A l’arrière plan s’ouvre un paysage au réalisme fort qui se démarque résolument du paysage visionnaire de « L’Agneau Mystique ».


Van Eyck : La Vierge du Chancelier Rolin


Van Eyck : La Vierge du Chancelier Rolin

-   La profondeur de champs du paysage rendue par une succession de plans (personnages accoudés ; pont ; méandres ; collines lointaines), et par un affadissement des couleurs vers l’horizon, deviendra partout en Europe un modèle (Ex. La Joconde de Léonard de Vinci).

-   Enfin notons que désormais Van Eyck se révèle un prodigieux portraitiste. Avec lui, le côté assez stéréotypé des visages gothiques disparaît au profit d’un rendu des tensions intérieures, sans concession aux ravages de l’âge, des maladies et des soucis.
-   On le constate sur ce portrait du chancelier Rollin, montré sous les traits d’un homme pénétré de sérieux et de gravité.


Van Eyck :
La Vierge du Chancelier Rolin


Van Eyck : L'Homme au turban rouge

-   Van Eyck apparaît donc comme le créateur de l’école humaniste flamande qui cherche à rendre la réalité comme personne ne l’avait fait avant lui.
-   En fait, c’est grâce à la peinture à l’huile (dont il est le 1er grand utilisateur, et qui contrairement à la peinture à l’eau, sèche lentement), qu’il peut retravailler la toile sans état d’urgence, et donc affiner un regard, une dentelle, un paysage brumeux…

-   Le tableau « Thimothé » présente un inconnu à la personnalité insaisissable, dans lequel se télescopent une certaine richesse spirituelle et une impression moins flatteuse.


Van Eyck : Timothée

 
L'après Van Eyck

-   Après Van Eyck, l’art flamand retourne globalement aux règles du gothique international, sans toutefois renier l’acquis du traitement psychologique des personnages.
-   Ainsi, Roger Van der Weyden, malgré ses nombreux contacts avec les peintres italiens, n’adopte pas le style classique de la Renaissance italienne.
-   Sa « Descente de croix » se présente, avec ses excès pathétiques, comme une composition gothique, même si les visages traduisent désormais avec réalisme les sentiments de chacun.


Van der Weyden : Descente de croix


Van der Weyden : Calvaire

-   Ce détail du « Calvaire » de Van der Weyden est d’une grande valeur dramatique exacerbée par les plis anguleux du manteau. Mais, hormis l’expression humaniste du visage, l’ensemble est d’un style gothique.

-   Dans l’ « Adoration des Bergers » (1476) de Hugo Van der Goes, le réalisme des 3 bergers à l’expressivité intense, et la délicieuse nature morte du 1er plan sont traités avec les critères Renaissant.
 


Van der Goes :
Adoration des Bergers


Van der Goes : Adoration des Bergers

-   Par contre, la composition générale reste de facture gothique.
-   Par la suite, la peinture flamande se fige pour quelques décennies.

bar38.gif (10187 octets)

Proposé par Frédéric BARRON

Si j'ai malencontreusement utilisé illégalement une photo, merci de me le signaler.
Je la supprimerai aussitôt de ce site.