Histoire de l'art : Grèce antique

Grèce archaïque

 

Temple grec

-   Vers -1 000, les doriens envahissent la Grèce continentale par le nord, repoussant les ioniens vers les îles et l’Asie Mineure. La plupart des villes mycéniennes sont détruites et l’art avec elles.

-   Trois siècles plus tard, au VIIè siècle, la construction monumentale réapparaît avec l'édification de temples qui rappellent le mégaron mycénien, et annoncent les grands temples à venir.

-   Ce plus vieux temple retrouvé à Delphes est caractérisé par son petit portique situé devant la pièce principale (la cella), et par ses 2 colonnes cannelées dépourvues de base et couronnées de chapiteaux doriques. On remarque déjà la frise décorée et le fronton triangulaire.


Delphes


Illissos


Olympie

-   Très vite, à la colonnade frontale fut adjointe une colonnade arrière, et enfin deux autres sur les côtés.

-   Avec la présence de colonnes intérieure comme à Olympie, on peut dire que le temple devient une « foret de colonnes ».

-   Le temple de Poséidon à Paestum (Italie), de style dorique,  comporte 6 colonnes en façade et 14 sur les côtés.

-   On remarque l’omniprésence de la frise horizontale et du fronton triangulaire.


Paestum

 
Ordres architecturaux


Ordre dorique

-   l’architecture grecque est caractérisée par le style de ses colonnes (appelé ordre) .
-   L’ordre dorique fut surtout utilisé sur le continent.

-   La colonne dorique, cannelée, est sans base. Son chapiteau est simple, formé d’une forme circulaire qui s’évase vers le haut. Les métopes de l’entablement (qui rappellent la structure originelle en bois) seront plus tard le support de riches frises sculptées.

-   L’ordre dorique atteint à la beauté grâce à une disposition ordonnée et géométrique, et à une sobriété que rehaussait un ajout de couleurs vives bleues, rouges et noires (disparues aujourd’hui).


Agrigente (Sicile)

-   L’ordre ionique se retrouve principalement en Asie Mineure (L’Ionie de la côte turque actuelle).

-   La colonne ionique, également cannelée, au contraire de la colonne dorique, possède une base. Son chapiteau consiste en deux moulures en forme de spirales (les volutes) qui rappellent fortement la décoration orientale (assyrienne et phénicienne).

-   Grâce à ses volutes, la colonne ionique est élégante et moins lourde que la colonne dorique.

-   Notons enfin, que ces deux styles peu à peu se mêlèrent d’une région à l’autre, au point de se retrouver côte à cote dans un même temple (ex. au Parthénon d’Athènes).

 


Ordre ionique

 
Sculpture

  
Kouros d'Anavyssos

-   Tout comme en architecture avec les « ordres », la sculpture, au cours des VIIè et VIè siècle, se donne des règles d’équilibre qu’on appelle « canon ».

-   La sculpture grecque archaïque s’intéresse principalement à représenter l’anatomie des jeunes athlètes masculins, vainqueurs aux Jeux Olympiques (demi-dieu ou héro appelé Kouros) qu’on cherche ainsi à immortaliser par son image sculptée.

-   Le héro est toujours nu afin de permettre aux dieux d’admirer le corps parfait d’un être créé à leur image.

-   Destiné à être remarquable, au fil des années la représentation du « héro » tend vers la perfection. Si au début il apparaît figé, peu à peu il s’anime, et gagne en expressivité et réalisme.

-   On remarque sur ce kouros de Piombino, que le corps dévêtu est subdivisé en différents plans accentués par les lignes principale de la poitrine, de la taille et des hanches.

-   Signe caractéristique, Il est présenté de face, la jambe gauche avancée. On remarque le sourire stéréotypé qui s’efforce de donner une impression de vie.


Kouros de Piombino


Koré 686

-   Les statues féminines (rares) ont également un caractère héroïque. Ces « Korés » sont représentées drapées. Leur attitude est très hiératique et figée, et le restera durant la période archaïque.

 
Peinture sur céramique


Vase funéraire : Athènes

-   Les premières peintures sur céramiques (généralement des vases funéraires), possèdent un décor à prédominance géométrique.

-   Ces vases sont subdivisés en bandes horizontales, aux décors variés d’une bande à l’autre, de couleur noire sur fond rouge.

-   Les représentations humaines et animales quant à elles, se contentent de silhouettes stylisées et géométriques. Néanmoins, les scènes sont extrêmement vivantes.


Cratère : Athènes

bar38.gif (10187 octets)

Proposé par Frédéric BARRON

Si j'ai malencontreusement utilisé illégalement une photo, merci de me le signaler.
Je la supprimerai aussitôt de ce site.