Histoire de l'art : Egypte - Basse Epoque

Nubiens - pharaons saïtes - Ptolémées grecs

 

Libyens et nubiens

-   A partir de -1 040, et jusqu’en -667, l’Egypte va peu à peu être dominée par les libyens dans le delta, et par les nubiens en Haute Egypte. Désormais soumis à la présence étrangère, l’art égyptien a tendance à s’appauvrir et à se tourner vers son passé.

-   Seule la statuaire de bronze présente une vraie création originale, avec le damasquinage (incrustation de fils métalliques et d’émaux) destiné à donner plus de vie, comme le montre cette statue de la reine Karomama.


Karomama

 
Période saïte sous domination assyrienne

-   De -667 à -525, L’Egypte passe sous domination assyrienne. Mais l’envahisseur laisse les princes de Saïs (dans le delta) gouverner le pays. Une certaine stabilité permet un renouveau artistique.

-   Dans les grandes scènes gravées en relief, on constate un retour aux formes archaïques des anciennes dynasties de l’Ancien Empire. Néanmoins on remarque plus de liberté dans l’ordonnancement général. Ainsi, cette stèle des cueilleuses de lys, dont les attitudes aimables sont toutes nouvelles dans l’art égyptien.


Cueilleuses de lys


Menthouemhat

-   Durant cette période saïte, l’influence grecque commence à se faire artistiquement sentir à travers la statuaire conçue avec plus de réalisme et de vie.

-   Ainsi, le buste du gouverneur Menthouemhat tend à rendre le caractère du personnage avec vérité. On remarque le froncement des sourcils, la profondeur du regard, la fermeté des lèvres…

 
Ptolémées grecs

-   De -525 à -332, l’Egypte devient une satrapie perse ne produit guère d’œuvres d’art.

-   Mais à partir de -332, la dynastie grecque des Ptolémées s’emploie à glorifier avec fidélité à travers des constructions monumentales, la culture égyptienne antique.


Edfou


Edfou

-   Ainsi, le plan du temple d’Edfou édifié en -237, est semblable aux plans des temples du Nouvel Empire, vieux de mille ans, avec son pylône et ses reliefs sacrés, sa cour, sa salle hypostyle, etc.

-   Cette statue dite « Tête vert », par son réalisme poussé, par l’expression énergique qu’elle dégage, témoigne de l’influence grecque, engagée déjà sous la période saïte.


Tête verte

bar38.gif (10187 octets)

Proposé par Frédéric BARRON

Si j'ai malencontreusement utilisé illégalement une photo, merci de me le signaler.
Je la supprimerai aussitôt de ce site.