Histoire de l'art : Egypte - Ancien Empire

Sculpture

 

Premières dynasties

-   En -3 200 le pharaon Ménès réunit le royaume de haute Egypte caractérisé par la haute tiare blanche, et le royaume de Basse Egypte symbolisé par la couronne rouge.

-   Sur la palette du roi Nar-Mer (en fait Ménès) encore conforme au type des palettes préhistoriques, est représenté sur l’endroit le pharaon avec la tiare blanche et sur l’envers avec la couronne rouge.

-   La représentation du corps humain est parfaitement élaborée : tête et jambes de profil, buste de face.

-   Pour la première fois l’écriture apparaît sur les parties supérieures de la palette.


Palette du roi Nar-Mer


Stèle du pharaon Uto

-   Sur la stèle du pharaon Uto sont fixés les grands traits de la représentation artistique égyptienne. Hiératisme conféré aux divinités, ici le dieu Horus ; inscription dans un cartouche rectangulaire du hiéroglyphe du symbole royal (le serpent).

 
Statuaire pharaonique

-   Durant la Vème dynastie, sur les statues de plain-pied les pharaons portent le klaft (la barbe postiche) et le shendit (la coiffe royale).

-   Elles se caractérisent par l’expression extatique des visages où se mêlent léger sourire et ferme énergie.


Khéphren


Mykérinos et son épouse

-   Cette statue de Mykérinos et de son épouse est un bel exemple de l’art de cet époque : combinaison du réalisme de la personnalité et de l’idéalisation plastique. Si l’attitude est hiératique, le geste de le reine passant aimablement son bras autour de la taille du roi, dénote une certaine tendresse.

 
Statuaire des élites

-   Les élites (scribes, constructeurs de pyramides, etc.) sont toujours représentés tranquilles, dans une attitude destinée à exprimer leur haute dignité. Les expressions du visage et du regard sont hautement personnalisées, ce qui amène à penser que ces portraits doivent être ressemblants.


Le noble Kaaper


Le scribe accroupi

-   Le scribe accroupi, en calcaire blanc, avec ses pupilles en cristal de roche et ses cils en cuivre semble vivre. L’étrange malice qui passe sur le rictus de ses lèvres le rend à la fois perspicace et méfiant.

-   Assis sur leurs chaises blanches,  ces princes sont majestueusement hiératiques. Ils ont les yeux fixes et pourtant les visages expriment une forte personnalité mise en relief par une vigoureuse polychromie.


Le général Rahotep et son épouse

bar38.gif (10187 octets)

Proposé par Frédéric BARRON

Si j'ai malencontreusement utilisé illégalement une photo, merci de me le signaler.
Je la supprimerai aussitôt de ce site.