Histoire de l'art : Barbares et Haut Moyen Age

Wisigoths et asturiens

 

Architecture wisigothique

 
-   Après un long périple en Europe du sud, les Wisigotht se fixent définitivement en Espagne au VIIème siècle, et ce pour près de 200 ans.

-   Sédentarisés, ils construisent de nombreuses églises. Mais peu aguerris aux techniques sophistiquées romaines perdues, leurs constructions (comme la plupart des réalisations barbares) restent de dimension très modeste.

-   On remarque par contre, que les plans reprennent généralement ceux des premières églises de Rome, à savoir une structure basilicale allongée formée de 3 nefs.


San juan de Baños de Cerrato


San juan de Baños de Cerrato

-   Ainsi, la petite église San juan de Baños de Cerrato (661) possède un portique donnant accès à 3 nefs séparées par les arcs et de colonnes. Sa construction en grand appareil de pierre de taille est, dans sa simplicité technique, d’une perfection remarquable.
-   Notons que c’est dans cette Espagne wisigothique qu’apparaît « l’arc en fer à cheval ». Il devient rapidement leur norme esthétique, et le sera plus tard des futurs arabes envahisseurs.

-   Présent sur l’arc du porche extérieur de l’église San juan de Baños, on le retrouve dans son abside, posé sur un bandeau sculpté de motifs géométriques d’inspiration barbare.


San juan de Baños de Cerrato

 
Sculpture wisigothique

 
-   La sculpture wisigothique se résume à un très simple décor architectural (frises ; chapiteaux) dont les empreints multiples trahissent une certaine faiblesse créatrice.

-   Ainsi, la décoration sculptée du sanctuaire de Santa Maria de Quintanilla de la Viñas (lui-même d’une simplicité éloquente), est d’une régularité répétitive (VIIème siècle).

-   On remarque que les décors en bas-relief s’inscrivent dans d’austères dessins de cercles. Les empreints sont ici manifestes : rosace ibérique ; monogrammes byzantins.


Santa Maria de Quintanilla de la Viñas


Santa Maria de Quintanilla de la Viñas

-   Ces quadrupèdes quant à eux rappellent sans ambiguïté les animaux iraniens sassanides.
-   La décoration des chapiteaux historiques reprennent généralement, les thèmes des Catacombes de la période paléochrétienne d’occident : Daniel dans le fosse aux lions ; la main de Dieu empêchant le sacrifice d’Abraham…


San Pedro de la Nave d'el Campillo

 
Orfèvrerie wisigothique

 
-   L’orfèvrerie wisigothique possède la particularité d’utiliser les techniques sophistiquées byzantines. On le remarque dans le remarquable travail du décor en or de cette couronne votive du roi Receswinthe (653-672).

-   Par contre l’esprit barbare prédomine en ce qui concerne aussi bien la forme générale, le choix du décor abstrait, et l’incrustation de pierres précieuses.


Couronne votive du roi Receswinthe


Trésor de Torredonjimeno

-   Cette croix votive, aux pierres non taillées enchâssés dans un cloisonné, procède du goût propre aux peuples barbares.
 
Sculpture

 
-   L’invasion de la péninsule ibérique par les Arabes en 711 met fin au règne des Wisigoths, sauf dans le petit royaume du nord des Asturies (autour d’Oviedo).

-   Aux VIIIème et IXème siècles, l’architecture asturienne préromane en pierre réutilise la voûte, ce qui est rare en cette époque encore barbarisée : l’art roman s’annonce ici.


Santa Maria del Naranco


Santa Maria del Naranco

-   Ainsi, Santa Maria del Naranco (en fait une salle royale datée du milieu du IXème siècle) est une salle couverte de voûtes. La lumière pénètre par les portiques ouverts des 2 façades, dont les arcs surhaussés (l’arc en fer à cheval est abandonné) créent une élégance verticale toute nouvelle.
-   la décoration de ses loggias est d’un goût nordique manifeste, fait d’entrelacs et de formes géométriques qui rappellent la décoration des pièces d’orfèvrerie barbare.


Santa Maria del Naranco


San miguel de Lillo

-   L’église de San miguel de Lillo (848) dont il ne subsiste que la partie occidentale, est un monument élancé. La voûte en plein cintre de la nef intérieure a nécessité à l’extérieur, la construction de piliers de contrebutement. Cette technique préfigure l’art roman à venir.

-   Enfin, notons que la décoration intérieure de ces édifices reste d’inspiration germanique barbare.

-   On le remarque sur ce chancel de Santa Cristina de Lena, sculpté de reliefs géométriques curvilignes.


Santa Cristina de Lena

 
Orfèvrerie asturienne

 
-   L’orfèvrerie asturienne perpétue l’esprit et les techniques wisigothiques, donc barbares.

-   On peut le remarquer sur ce détail de la Croix de la Victoire (908), constitué de pierres précieuses mêlées à des émaux qui recouvrent un fond d’or enrichi de filigranes granulés.


Croix de la Victoire


Coffret aux agates

-   Ce Coffret aux agates (910) mêlant onyx, émaux et pierres précieuses sur un support d’or ouvragé évoque le style barbare.

bar38.gif (10187 octets)

Proposé par Frédéric BARRON

Si j'ai malencontreusement utilisé illégalement une photo, merci de me le signaler.
Je la supprimerai aussitôt de ce site.