Japon : romans

Un panorama de romans japonais (en poche), que j'ai appréciés.
Classement suivant mes préférences.

Haruki Murakami  :  La ballade de l'impossible

Présentation :
Roman traduit du japonais par Corinne Atlan.
Publié par 10/18 (1987).
Synopsis :
Au temps de l'adolescence, Watanabe se trouve confronté aux questions sur la raison de vivre.
Entre amours et amitiés fortes, entre vie et suicide, un roman aux sentiment très forts, vrais et plein de poésie.

Extrait :
Je tendis la main pour essayer de la toucher, mais elle se recula rapidement. Ses lèvres frémirent. Elle leva les deux mains et commença lentement à déboutonner sa robe de chambre. Elle n'avait rien dessous.

Haruki Murakami  :  Kafka sur le rivage

Présentation :
Roman traduit du japonais par Corinne Atlan.
Publié par 10/18 (2003).
Synopsis :
Dans le Japon moderne, l'itinéraire initiatique d'un adolescent en proie aux questionnements essentiels de la vie. En miroir, sa destinée croise celle d'un vieil homme dont la quête envoûtante se rapproche de la sienne.
Entre réalité et mystère, un roman poignant qui donne à réfléchir sur l'essentiel de la vie.

Extrait :
Tu sais, Kafka Tamura, il y a dans nos vies des points de non-retour. Et dans certains ça, des points au-delà desquels on ne peut plus avancer. Quand ça arrive, on est obligé de l'accepter et de vivre avec.

Ryû Murakami  :  Les Bébés de la consigne automatique

Présentation :
Roman traduit du japonais par Corinne Atlan.
Publié par Philippe Picquier
Synopsis :
Le mortel parcours de vie de deux bébés abandonnés à leur naissance dans des consignes automatiques de gares ferroviaires.
De victimes, ces deux enfant passent au statut de bourreaux. Alors l'horreur de la violence s'installe jusqu'à dépasser le supportable.
Une horrible fable réaliste qui accroche et laisse pantois.

Extrait :
Soudain, un choc violent le fit basculer en avant. Tout devint noir autour de lui, il eut juste le temps de se soutenir sur les coudes pour ne pas écraser le chiot. Quelque chose, accroché à son dos, grondait, mais il ne comprenait pas encore ce qui lui était arrivé.

Takuji Ichikawa  :  Je reviendrai avec la pluie

Présentation :
Roman traduit du japonais par Mathilde Bouhon.
Publié par J'ai lu (2003).
Synopsis :
Takumi, un homme maladroit et angoissé élève seul son fils Yûji de 6 ans. Lacomplicité est telle qu'on ne sait pas qui aide l'autre à vivre.
Mais quand la saison des pluies arrive, Mio sa femme décédée 1 an auparavant réapparaît dans leur vie.
Un roman qui mêle amour, rêve et fantastique.

Extrait :
- C'est quoi la toute première chose que je t'aie demandée ?
- Pardon ?
- Hmm.
- Moi aussi j'ai oublié.
- Ah bon ?

Yoshikawa  :  la pierre et le sabre

Présentation :
Roman traduit du japonais par Léo Dilé.
Publié par J'ai lu (1935).
Synopsis :
Dans le Japon du XVIIe siècle, Musashi n'a plus qu'un but : être le meilleur en arts martiaux.
Mais de combats en combats, d'amour en recherche, la vie est pleine de rebondissements...
Une sublime épopée très proche de cette réalité japonaise qui nous échappe : incontournable.

Extrait :
La solitude n'avait rien de nouveau pour elle. Elle avait beau jouir de tous les conforts du foyer, elle se sentait maintenant plus seule qu'à aucun moment durant ces trois longs jours passés sur le flanc désolé de la colline avec pour compagnon l'unique Takuan.

Yukio Mishima La mort en été

Présentation :
Nouvelles traduites du japonais par Dominique Aury.
Publié par Folio (1966).
Synopsis :
10 nouvelles très diverses, qui à chaque fois nous plongent dans un univers prégnant.
Si cher à Mishima, on retrouve à chaque fois le Japon des années d'après guerre de 39-45, en butte à ses traditions séculaires ; dans un style direct qui prend aux tripes.

Extrait :
Serré dans les bras de Kenzo, il n'y avait peur ni honte qu'elle ne pût supporter. Parce que l'espoir ne les avait jamais quittés, le bonheur était pour eux deux comme était cette tension.

Chiyo Uno  :  Confession amoureuse

Présentation :
Roman traduit du japonais par Dominique Palmé et Kyôko Satô.
Publié par 10/18 (1935).
Synopsis :
Dans le Japon d'avant la guerre de 39-45, un roman  sur la douleur d'aimer. A en pleurer, tellement c'est poignant...
La recherche de l'amour pour Yuasa, le mène de femme en femme, d'espoir en espoir, de rêve en rêve...
Et au bout de sa recherche, un désespoir qui mène vers la mort.

Extrait :
Parfois, il était dans le caractère des jeunes filles gâtées de dire des choses qu'elles ne pensaient pas, juste pour embrasser des gens.

Shûsaku Endô La fille que j'ai abandonnée

Présentation :
Roman traduit du japonais par Minh Nguyen-Mordvinoff.
Publié par Folio (1964).
Synopsis :
Yoshioka pour sa première expérience sexuelle manipule la naïve Mitsu qui se donne à contre coeur par espoir d'amour. Mais Yoshioka n'en a cure et l'oublie.
Quelques années plus tard, Yoshioka confronté à la réalité de la vie repense à Mitsu et l'idée de la revoir l'obsède. Alors commence une recherche ou le roman passe d'une vie à l'autre, entre espoir et souffrance. Un roman poignant et très asiatique.
Extrait :
- Puisque je dis que je t'aime. C'est la raison pour laquelle on est allé dans le bar, tout à l'heure, non ?
- Non ! J'ai peur !
Inoue Yasushi Nuages garance + autres récits

Présentation :
Récits traduits du japonais par Aude Fieschi.
Publié par Picquier poche (1997).
Synopsis :
Ces 8 récits nous emmènent dans l'univers de l'enfance fait d'insouciance, de jeux, de rires... Mais cela serait trop beau ! Le monde des adultes rode et perturbe cette belle harmonie. Qu'importe ! avec une intuition aiguë les enfants se jouent de ces désagréments.
8 récits légers, envoûtants, délicieuses pièces psychologiques.

Extrait :
Il y avait aussi le jeu du double suicide : un garçon poursuivait une fille, la plaquait au sol et, assis à califourchon sur elle, faisait semblant de l'étrangler.

Ryû Murakami  :  Lignes

Présentation :
Roman traduit du japonais par Sylvain Cardonnel.
Publié par Philippe Picquier
Synopsis :
Dans Tôkyô, des êtres enfermés dans leur solitude suivent inexorablement leur destin fait de désespoir.
Ils se rencontrent par hasard et, de l'un à l'autre, le roman s'empare d'une nouvelle détresse humaine, délaissant la précédente, comme dans une course de relais.
Un roman poignant sur les solitudes urbaines qui laisse un goût amer.

Extrait :
Ils reculaient de deux ou trois pas avant de frapper au ventre l'homme à la souris, à coups de pied, comme s'ils s'entraînaient à tirer un corner au football.

Izumi Kyôka La femme ailée + Le camphrier

Présentation :
Récits traduits du japonais par D. Danesin-Komiyama.
Publié par Picquier poche (2003).
Synopsis :
Ces 2 récits fantastiques relatent l'existence d'êtres simples et fragiles qui s'interrogent au sujet du monde qui les entoure.
Tout est émotion, subtilité, instant de vie en suspens...
2 récits poignants, écrits en termes infiniment poétiques.

Extrait :
Le jour décline et les pruniers, distribués en lignes éparses, une là-bas, une ici, s'assombrissent de place en place. Bien que l'eau des rizières, parmi les branchages, soit morne et stagnante, quelque chose d'un blanc immaculé s'en détache - des hérons.

Haruki Murakami Après le tremblement de terre

Présentation :
Nouvelles traduites du japonais par Corinne Atlan.
Publié par 10/18 (2000).
Synopsis :
1995 : un terrible tremblement de terre survient à Kobe.
Dans ces nouvelles, la catastrophe devient comme un écho des séismes intérieurs de chacun. Les réactions sont diverses, imprévisibles, parfois chamaniques...
Des moments de vies intenses, vrais ; écrits dans un style poignant.

Extrait :
Attendez le rêve, docteur, répéta gentiment Nimit comme pour la persuader. La patience est nécessaire pour le moment. Abandonnez les mots. Les mots se transforment en pierres.

Yukio Mishima Le marin rejeté par la mer

Présentation :
Roman traduit du japonais par G. Renondeau.
Publié par Folio (1963).
Synopsis :
Noburu, 13 ans. La vie doit être droite...
Il surprend sa mère, veuve, avec un officier de marine. Naburu en parle à sa bande de copains durs, intransigeants. Une seule solution :  face à ce désordre ; la mort de l'officier...
L'horreur distillée sans jamais être montrée. Un roman poignant.

Extrait :
Tout se passa en silence. Il trembla un peu, par vanité, comme lorsqu'il avait grimpé au mât pour la première fois. La moitié inférieure du corps de la femme, semblable à un petit animal hibernant encore engourdi, s'agitait sous les couvertures ouatées comme si elle avait été en léthargie.

Haruki Murakami Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil

Présentation :
Roman traduit du japonais par Corinne Atlan.
Publié par 10/18 (1992).
Synopsis :
A l'aube de la quarantaine, Hajime, marié, père, installé dans son travail, se retrouve confronté à son amour d'enfance.
Dès lors cet amour non assouvi l'obsède, envahit sa vie, et le mène vers le vide...
Un roman fort qui emporte le lecteur dans cette quête improbable de l'amour.

Extrait :
Il faut se convaincre que tout travail est ennuyeux et obligatoire, afin d’employer efficacement ses loisirs pour profiter de la vie.

Asada Jirô Le roman de la Cité Interdite : Le Mandat du Ciel

Présentation :
Roman traduit du japonais par Corinne Atlan.
Publié par Picquier poche (1999).
Synopsis :
Au crépuscule de la dynastie chinoise Mandchou à la fin du XIXème siècle, les destins croisés d'un jeune cadet de bonne famille voué à devenir le soutien de l'empereur, et d'un pauvre paysan devenu eunuque et intègre le gynécée de l'impératrice Tseu-hi.
Un roman épique plein de vigueur et de rebondissement.

Extrait :
Il faut se convaincre que tout travail est ennuyeux et obligatoire, afin d’employer efficacement ses loisirs pour profiter de la vie.

Nosaka Akiyuki  :  La tombe des Lusioles

Présentation :
2 récits traduits du japonais par Patrick De Vos et Anne Gossot.
Publié par Picquier poche (1995).
Synopsis :
L'enfer de la fin de la guerre de 39-45 dans un Japon ravagé par la destruction. L'errance d'un adolescent dont l'univers n'est plus qu'incendie, faim... et mort.
Vingt ans après. Dans le récit "Les algues d'Amérique", le choc de deux cultures qui se retrouvent, sans arriver à se comprendre.

Extrait :
Il la regardait qui somnolait, étendue par terre avec sa poupée dans les bras. .. Et s'il se taillait un peu le doigt lui, il pourrait lui donner un peu de sang à boire, et puis même, le doigt, ça ne lui ferait rien de plus l'avoir du tout, s'il lui donnait plutôt la viande de son doigt à manger...

Kazushige Abe  :  Projection privée

Présentation :
Roman traduit du japonais par Jacques Lévy.
Publié par 10/18 (1997).
Synopsis :
Dans le Japon moderne, la vie sans concession d'un jeune homme confronté à l'univers des yakuzas.
Un roman brut de décoffrage, poignant, prenant, violent... qui nous plonge dans ce Japon moderne toujours inaccessible à l'esprit occidental.

Extrait :
Kayama enclencha le fumigène. La porte s'entrouvrit et un homme apparut torse nu. C'est à quel sujet ? Tout l'air d'un yakuza. Il avait omis de mettre la chaîne de sûreté, l'imprudent. Il était, apparemment, en train de dormir.

Arishima Takeo  :  les jours de Yôko

Présentation :
Roman traduit du japonais par M. Oshitomi et A. Maybon.
Publié par Picquier poche (1926).
Synopsis :
En ce Japon encore pétri de traditions, et pourtant résolu à s'ouvrir à l'Occident, une jeune femme passionnée décide de s'émanciper, de ne pas subir la voie des mâles dominateurs.
Un roman audacieux pour l'époque, teinté d'un érotisme subtil, dont certaines maladresses dans le récit le rend encore plus attachant.

Extrait :
Et Yôko, moitié ironique, moitié sérieuse, raconta posément, comme si elle exposait l'affaire d'un tiers, les intrigues de sa rivale à bord. Elle ajouta même que Mme Tagawa l'avait soupçonnée d'avoir des relations intimes avec le commissaire.

Yoshikawa  :  la parfaite lumière

Présentation :
Roman traduit du japonais par Léo Dilé.
Publié par J'ai lu (1937).
Synopsis :
Le suite des aventures de Musachi, le héro de "La pierre et le sabre".
A force de sacrifices, Musashi atteint la sérénité. Les rencontres violentes ; les séparations déchirantes, sont pour lui et ses proches de dures épreuves de vie.
Mais pour atteindre la parfaite lumière, l'ultime combat de samouraï est inéluctable...

Extrait :
La civilisation ne fleurit pas avant que les hommes n'aient appris à exercer un contrôle sur les forces de la nature.

Kawakami Hiromi  :  Les années douces

Présentation :
Roman traduit du japonais par Elisabeth Suetsugu.
Publié par Picquier poche (2001).
Synopsis :
Tsukiko, la quarantaine, croise régulièrement dans un café, son ancien professeur de japonais. Au fil des rencontres les liens se resserrent entre eux.
Dans une simplicité captivante, se déroulent des moments de la vie quotidienne, où rien de tangible ne se passe mais où tout se construit.

Extrait :
La fête était finie. Pas la moindre trace d'un être humain. Pas même un chat. Quand nous nous étions éclipsé, on remarquait un peu partout des restes de brochettes de poulet, des bouteilles de saké vides, des sachets de seiche fumée, et sur les toiles plastifiées étalées par terre, serrés les uns contre les autres, les gens venus là pour admirer les cerisiers...

Hikaru Okuizumi Le Poisson-Chat aux trois yeux

Présentation :
Roman traduit du japonais par Pascale Simon.
Publié par Actes Sud (1992).
Synopsis :
Quittant Tokyo pour assister à l'inhumation de son père, un jeune étudiant se retrouve confronté au Japon traditionnel pétri de tant d'ambiguïtés face à la modernité.
Un roman fascinant qui nous plonge dans les réflexions profondes d'une pensée asiatique si loin de celle occidentale.

Extrait :
Mais je compris aussi que plus on est sincère,moins les choses se passent bien. Et qu'au contraire, trop de sincérité ne fait qu'apporter des complications supplémentaires.

Akira Yoshimura Naufrages

Présentation :
Roman traduit du japonais par R.M. Makino-Fayolle.
Publié par Babel (1982).
Synopsis :
Comment devenir chef de famille à 9 ans dans un village de pêcheurs ? Il suffit d'allumer sur la plage de grands feux destinés à faire s'échouer des navires couverts de denrées salvatrices...
Sombre et cruel, ce récit porte en lui l'âme japonaise...

Extrait :
Les petites embarcations progressaient, et bientôt elle vinrent entourer le navire naufragé. La voile fut enlevée et le mât abattu, ils le virent tomber à la mer dans un jaillissement d'écume.
Isaku eut faim, il prit une poignée de haricots grillés dans son sac.

Haruki Murakami  :  1Q84 - Livre 1

Présentation :
Roman traduit du japonais par Hélène Morita.
Publié par 10/18 (2011).
Synopsis :
Deux univers se télescopent. Un roman qui navigue entre réalité et fantastique, comme toujours chez Murakami.
Quelques longueurs qui ne retirent pas l'envie de partager l'action.

Extrait :
Il ne faut pas se laisser abuser par les apparences. Il n'y a toujours qu'une réalité.

Haruki Murakami  :  1Q84 - Livre 2

Présentation :
Roman traduit du japonais par Hélène Morita.
Publié par 10/18 (2011).
Synopsis :
Les univers se télescopent de plus en plus...
L'action s'emballe, nous emporte et nous tient en haleine...

Extrait :
Des nuages blancs, horizontaux, où subsistaient des reste de l'automne. Et oui, il y avait là quelque chose. Quelque chose flottait sous les nuages. Le soleil ? Non, ce n'était pas le soleil

Haruki Murakami  :  1Q84 - Livre 3

Présentation :
Roman traduit du japonais par Hélène Morita.
Publié par 10/18 (2011).
Synopsis :
Les univers enfin de croisent et se révèlent. L'attente est à son comble !
Mais quelques longueurs répétitives ennuient. Et la fin laisse sur sa faim.

Extrait :
L'espoir est le combustible que les hommes brûlent pour pouvoir vivre. Impossible de vivre sans espoir. Mais c'est comme une pièce qu'on jette en l'air. Pile ? Face ? On le saura quand elle sera retombée, pas avant.

Haruki Murakami Les amants du Spoutnik

Présentation :
Roman traduit du japonais par Corine Atlan.
Publié par 10/18 (1999).
Synopsis :
Combien l'amour est une prison infernale ! Je t'aime, tu ne m'aimes pas ; tu m'aimes, j'en aime un autre ; etc. Entre hommes et femmes ; entre ambiguïté et sincérité ; la vie égrène au fil des pages les affres du désir.

Extrait :
J'ai compris alors que ce qu'on voit du monde n'est pas forcément conforme à la réalité. Je n'avais que cinq ans à l'époque pourtant.

Haruki Murakami Le passage de la nuit

Présentation :
Roman traduit du japonais par Hélène et Théodore Morita.
Publié par Points (2004).
Synopsis :
Entre début de nuit et début de matin, les errances télescopées de femmes et d'hommes perdus et éperdus.
La vie réelle bien souvent se tourne vers la fantasmagorie. Et on ne sait plus qui est qui, qui fait quoi, qui existe, qui n'est qu'illusions... Fascinant.

Extrait :
Elle est revenue dans sa chambre, dans son lit, et elle dort. Son visage tourné vers le plafond, elle ne bouge pas. On ne perçoit même pas sa respiration. La situation est la même que lorsque notre oeil s'est introduit ici pour la première fois.

Haruki Murakami Danse, danse, danse

Présentation :
Roman traduit du japonais par Corine Atlan.
Publié par Points (1988).
Synopsis :
l'errance d'un homme à la recherche de la vérité de sa vie.
De lieux en lieux, de femmes en femmes, la vie terre-à-terre souvent fuit vers un univers mystérieux et irréel.
UN roman initiatique, qui file au gré des jours et ne mène nul part.

Extrait :
Quand j'avais treize ans, le monde était plus simple. Il y avait des choses qui valaient la peine de faire des efforts, les mots valaient la peine d'être sincères, le monde était rempli de beauté.

Hikaru Okuizumi  :  La nuit où le serpent fut tué

Présentation :
Roman traduit du japonais par Pascale Simon & Tomonori Okubo
Publié par Actes Sud (1992).
Synopsis :
Enlisé dans une envie de mariage, convention oblige, Akihiko se retrouve impuissant lors de sa première nuit d'amour.
Alors s'installe l'angoisse, les remises en question, la suspicion, et pire, la paranoïa.
Un roman étrange qui mêle culture artistique, désirs et traditions.

Extrait :
D'ailleurs, aimer et connaître quelqu'un étaient deux choses complètement différentes. L'amour ne se résumait pas à un échange parfait d'informations de part et d'autre. Bien au contraire, l'amour était la porte ouverte au malentendu.

Haruki Murakami La fin des temps

Présentation :
Roman traduit du japonais par Corine Atlan.
Publié par Points (1992).
Synopsis :
Deux parcours d'hommes qui se suivent de chapitres en chapitres en parallèles. Mais sans jamais se rejoindre. Quoi que...
Entre réalité et anticipation, un roman qui avance vers nul part, comme la vie.
Des longueurs qui épuisent la lecture.

Extrait :
Je hochai la tête et mobilisai une nouvelle fois toute ma conscience pour essayer de ramener au jour les souvenirs enfouis en moins de cet ancien monde. Mais les murailles étaient trop solides, j'avais beau les repousser de toutes mes forces, elles ne bougeaient pas.

Yöko Ogawa  :  La piscine

Présentation :
Roman traduit du japonais par R. M. Makino-Fayolle.
Publié par Actes Sud (1990).
Synopsis :
Une adolescente ne supporte la vie morne qu'elle mène. Heureusement, cette grisaille est éclairée par la présence de Jun, un bel adolescent qu'elle aime tant contempler plonger à la piscine.
Mais de contemplation en frustration, bientôt un geste irréparable va s'accomplir.

Extrait :
Le corps souple et élancé de Jun traverse la couche superficielle de mes sentiments pour être absorbé au plus profond de mon être. Dès que sa silhouette apparaît entre les bulles, la surface ébranlée de l'eau suit le contour de ses épaules qu'elle recouvre comme un voile.

Yukio Mishima  :  Le tumulte des flots

Présentation :
Roman traduit du japonais par G. Renondeau.
Publié par Folio (1954).
Synopsis :
Sur une île encore éloignée de la modernité, une histoire d'amour, impossible, se noue entre une jeune fille et un jeune pêcheur.
Des sentiments naïfs et surannés qui donnent néanmoins prétexte à de belles descriptions de bois, de grands vents, de vacarme de tempête, de mer calme...

Extrait :
Aucun obstacle n'était devant eux ; le sentier continuait, les cachant dans l'ombre épaisse des arbres, mais cette fois Shinji ne tint même pas Hatsue par la main et l'idée de l'embrasser lui vint encore moins.

Kurosawa Kiyoshi  :  Kairo

Présentation :
Roman traduit du japonais par Karine Chesneau.
Publié par Picquier Poche (2001).
Synopsis :
Des hommes et des femmes disparaissent brutalement ou se suicident dans l'entourage de Michi.
Ailleurs, un jeune homme découvre un étrange programme informatique sur la vie artificielle : les fantômes ne tenteraient-ils pas de supplanter sur Terre les humains grâce aux écrans d'ordinateur ?
Un roman fantastique prenant, avec une fin trop ésotérique.

Extrait :
En fait c'était un garçon sain et intègre, ce qui lui valait parfois d'être considéré par les autres comme un peu naïf. Mais dans le fond il avait du caractère.

Ango Sakaguchi  :  l'idiote

Présentation :
2 nouvelles traduites du japonais par Edwige de Chavanes.
Publié par Picquier poche (1946).
Synopsis :
L'idiote fuit de chez elle, fuit la colère et la haine, son mari qui a rompu tout lien avec le monde pour préserver l'intégrité de sa vie privée.
2 récits poignants sur le vie difficile d'après guerre.

Extrait :
Depuis ce jour, la femme n'était plus qu'un corps tendu par l'attente ; elle ne possédait nulle autre existence, nulle miette de pensée. Elle n'était qu'une éternelle attente.

Natsume Sôseki  :  La porte

Présentation :
Roman traduit du japonais par Corinne Atlan.
Publié par Picquier poche (1910).
Synopsis :
C'est la fin de l'aire Meiji. Sôseki suit sa petite vie réglée.
Surtout : ne pas penser. Entre le travail à l'occidental et le retour familial du soir à la japonaise, comment trouver ses repères ?
Peut-être dans la fuite vers le Zen, juste pour sa voie proposée...

Extrait :
De temps en temps des rafales de vent glacé venaient frapper sa tête et sa nuque rasées. Chaque fois, il avait envie de quitter cette véranda ouverte à tous les vents pour se réfugier dans sa chambre. Activant en silence ses mains rougies par le froid, il frottait les cadres des cloisons pour les nettoyer...

Ryû Murakami  :  Miso Soup

Présentation :
Roman traduit du japonais par Corinne Atlan.
Publié par Picquier poche (1997).
Synopsis :
Kenji, un jeune japonais de vingt ans, gagne sa vie en guidant des touristes dans le célèbre quartier "chaud" de Kabukichô, à Tôkiô. Mais qui donc est Franck, son nouveau client américain ? Ne serai-t-il pas le tueur en série qui sévit depuis une semaine ?
Un roman percutant, désenchanté et violent, qui laisse un goût nauséabond au fil de la lecture.

Extrait :
Comme il la tenait à l'envers, la barre de métal lui échappa des mains, et rebondit sur le béton avec un son aigu de cloche. La seconde balle arriva.

Akira Yoshimura Le convoi de l'eau

Présentation :
Roman traduit du japonais par Yutaka Makino.
Publié par Acte Sud (1976).
Synopsis :
Lors de la construction d'un barrage qui engloutira une vallée, un hameau inconnu du monde civilisé, et donc destiné à disparition, se révèle.
Alors s'installe un étrange dialogue silencieux entre les destructeurs de la vallée et les villageois condamnés à l'exil.
Une sombre vision des rapports humains...

Extrait :
J'ai fermé légèrement les yeux, pris le cadavre à bras-le-corps, pour le traîner à reculons en direction du trou. Les chairs relâchées roulaient sous mes paumes, si bien que je dus m'arrêter plusieurs fois pour reprendre prise.

Kazuo Ishiguro  :  Un artiste du monde flottant

Présentation :
Roman traduit de l'anglais par Denis Authier.
Publié par 10/18 (1986).
Synopsis :
Dans le Japon d'après la 2ème guerre mondiale, un peintre vieillissant se trouve confronté à son univers qui se disloque.
Entre tradition japonaise qui s'efface et culture américaine qui s'impose, comment donner un sens à la vie ?
Une parole vraie, japonaise, interpellante...

Extrait :
S'il est juste de respecter les maîtres, il importe aussi, toujours, de remettre leur autorité en question.

Akira Yoshimura  :  La guerre des jours lointants

Présentation :
Roman traduit du japonais par Rose-Marie Makino-Fayolle.
Publié par Babel (1978).
Synopsis :
Après la défaite du Japon en 1945, l'errance d'un officier japonais hanté par la bombe sur Hiroshima, pourchassé par les américains pour avoir décapité un aviateur américain.
Une description sans fioriture d'une fuite d'un homme qui comme tout le monde a subi les horreurs de la guerre sans rien maîtriser, et en subit les conséquences.

Extrait :
Au moment de l'exécution, le colonel Tahara leur avait déjà donné l'ordre de garder le silence absolu et de dire seulement que les prisonniers avaient été envoyés à Tokyo.

Haruki Murakami  :  L'éléphant s'évapore

Présentation :
Nouvelles traduites du japonais par Corinne Atlan.
Publié par 10/18 (1993).
Synopsis :
Des scènes banales de la vie quotidiennes qui passent l'air de rien d'un réalisme platement domestique, à l'absurde, voire au fantastique.
Il ne se passe rien. Juste la vie coule.

Extrait :
Je scrutai la paume de ma main. En comparaison de ma paume habituelle, elle me semblait rapetissée. Juste un petit peu. C'était peut-être une idée que je me faisais. ou un simple effet de la lumière.

Tanizaki  :  La confession impudique

Présentation :
Roman traduit du japonais par G. Renondeau.
Publié par Folio (1956).
Synopsis :
Un professeur d'université en fin de carrière, ne retrouve sa puissance charnelle envers sa femme qu'en situation de jalousie. Pour cela il la pousse de façon machiavélique dans les bras d'un autre homme.
Les relations ambiguës entre un homme et sa femme, exhibées à travers leurs journaux intimes entrecroisés.

Extrait :
Partout sa peau était d'une blancheur inimaginable. Comment son corps a-t-il pu rester absolument immaculé ?

Haruki Murakami  :  Saules aveugles, femme endormie

Présentation :
Nouvelles traduites du japonais par Hélène Morita.
Publié par 10/18 (2006).
Synopsis :
23 nouvelles dont les univers oscillent entre rêve et réalité. Un univers qui souvent se veut kafkaien.
Si certaines de ces nouvelles nous laissent sur notre faim, d'autres nous prennent aux tripes telle " Hasard, hasard ".

Extrait :
Si les choses s'achevaient ainsi, ce que je ramènerais chez moi, ce ne seraient pas d'impressions du tout.

Seichô Matsumoto  :  Un endroit discret

Présentation :
Roman traduit du japonais par Rose-Marie Makino et Yukari Kometani.
Publié par Babel noir (1971).
Synopsis :
A la suite de la mort de sa femme, douce et réservée, dans un lieu étrange, un homme tente de comprendre. Il découvre peu à peu qu'elle menait une double vie.
Un roman à l'écriture étrange, dont les digressions s'éloignent des concepts occidentaux.

Extrait :
Il faisait noir dans ce quartier résidentiel et l'éclat du néon était rouge vif. Même vu du haut de la colline, le néon était haut. Il n'existait pas auparavant. Asai avait perdu ses repères.

Yöko Ogawa  :  Les abeilles  -  La grosse  -  (La piscine)

Présentation :
Romans traduits du japonais par R. M. Makino-Fayolle.
Publié par Babel (1991).
Synopsis :
Dans "Les abeilles" une femme retrouve son ancien foyer d'étudiante qui semble être devenu le théâtre d'un étrange processus de dégradation.
Dans "La grossesse" une femme observe froidement la grossesse difficile de sa soeur.
Un mélange de perversité troublante et de situations étranges qui tardent à nous transporter.

Extrait :
Il avait terriblement grandi. La ligné élancée de sa nuque, de ses doigts et des bras se fixa pour longtemps au fond de ma rétine. Les muscles soutenaient harmonieusement cette ligne.

Kôbô Abé  :  Rendez-vous secret

Présentation :
Romans traduits du japonais par René de Ceccatty & Ryôji Nakamura.
Publié par Folio (1977).
Synopsis :
Un homme recherche sa femme emmenée à l'hôpital sans raison par une ambulance. Tout commence de façon prenante par une intrigue genre "policier". Malheureusement le tout dérive vers un délire érotique assez ridicule.
Entre réalité et absurde, la fin du roman s'épuise dans des répétitions de situations.

Extrait :
Tant que le conditionnement d'inhibition n'est pas levé, cette bouffée de chaleur ou cet élancement ne risquent pas de se transformer concrètement en acte sexuel.

Shûsaku Endô  :  Le dernier souper

Présentation :
Roman traduit du japonais par Minh Nguyen-Mordvinoff
Publié par Folio (1959).
Synopsis :
3 nouvelles. Au coeur d'un Japon tourné vers l'avenir, les personnages essaient de ne pas oublier leurs traditions ancestrales. La souffrance et le courage les animent au fil des pages.

Extrait :
La baie scintillait comme un tapis d'anguilles tandis que deux bateaux de pêche flottaient tranquillement sur l'eau. La péninsule de Shimabara s'élevait au-dessus de l'horizon, dans un halo de brouillard.

Yasunari Kawabata  :  Les Belles endormies

Présentation :
Roman traduit du japonais par R. Sieffert
Publié par Le Livre de Poche biblio (1961).
Synopsis :
Un vieillard en quête de plaisirs s'en va passer des nuits dans un bordel, auprès d'adolescentes endormies sous l'effet de puissants narcotiques. Point de sexe, juste du désir et des interrogations sur sa vie passée.
Malheureusement les scènes au fil des chapitres se répètent, ce qui lasse le lecteur.

Extrait :
Le vieillard ferma les yeux et se contraignit au calme. Se calmer ne lui était pas aussi difficile que ce l'eût été pour un homme jeune. Tout en caressant furtivement les cheveux de la fille, il rouvrit le yeux. Elle était toujours dans la même position, couchée sur le ventre.

Inoue Yasushi  :  Le sabre des Takeda

Présentation :
Roman traduit du japonais par M.N. Shinkai-Ouvray.
Publié par Picquier poche (1953).
Synopsis :
Dans le Japon du XVIème siècle, les seigneurs se disputent leurs territoires en des guerres violentes et répétées. Kansuke, stratège des Takeda, nous mène au fil de ces batailles et des amours de son seigneur.
Un roman épique, mais qui se répète sans emporter vraiment le lecteur.

Extrait :
Les cris de guerre, avec le martèlement des sabots des chevaux, eurent tôt fait d'éclater et ce fut immédiatement un massacre sans merci tout autour d'eux.

Natsume Sôseki  :  Une journée de début d'automne

Présentation :
Nouvelles traduites du japonais par Elisabeth Suetsugu.
Publié par Picquier poche (1914).
Synopsis :
Des nouvelles très autobiographique, nostalgiques d'un Japon ancien perdu en fin de l'aire Meiji.
Sôseki nous présente un Japon qui se cherche entre traditions japonaises qui se meurent et vie à l'occidentale qui s'installe.

Extrait :
Ni l'un ni l'autre ne donnaient l'impression de vouloir aller plus loin. Ils se contentaient d'entretenir des relations sous l'oeil de leurs aînés, à savoir le comportement dans les règles de la politesse d'une jeune fille et d'un jeune homme conscient de ne pas être encore un "être social" à part entière.

Nosaka Akiyuki  :  Le dessin au sable

Présentation :
Roman traduit du japonais par Jacques Lalloz.
Publié par Picquier poche (1971).
Synopsis :
Une mère part avec sa fille à la recherche du père de cette dernière, amant de passage. Mais la mort est au rendez-vous.
Alors commence une danse macabre faite de morts, de sexe, d'impuissance et de fantasmes.
Un roman psychologiquement violent, mais qui laisse sur la faim du lecteur par sa traduction.

Extrait :
Toutes ses injonctions étaient demeurées inutiles, il n'est en effet de corps fait de chair et de sang qui ne réagisse dans ces moments-là, et l'homme n'y avait gagné qu'une irritation...

Haruki Murakami  :  Underground

Présentation :
Reportage traduit du japonais par Dominique Letellier.
Publié par 10/18 (2013).
Synopsis :
Suite à l'attaque au gaz sarin dans le métro de Tokyo par la secte Aum, Murakami a mené une enquête auprès des des rescapés et des disciples de la secte.
Une introspection enrichissante mais trop longue et répétitive.

Extrait :
Que ma fatigue soit due ou non au sarin, je ne saurais le dire. C'est une zone grise. Il est possible que je vieillisse, tout bêtement... J'oublie plein de choses, mais là aussi, qui peut en affirmer la cause ?

Dazai Osamu  :  Cent vues du mont Fuji

Présentation :
Roman traduit du japonais par Didier Chiche.
Publié par Picquier poche (1991).
Synopsis :
En 18 nouvelles écrites entre 1935 et 1948, Dazai nous raconte sa vie de " parasite ", ainsi que sa déchéance qui le mènera vers le suicide. Dazai reste une référence au Japon.
On pénètre ainsi non seulement dans son monde, mais aussi dans son époque d'avant et d'après 2ème guerre mondiale.

Extrait :
Mais tromper ceux qui vous font confiance, c'est s'aventurer sur une route infernale au risque d'y perdre la raison.

Proposé par Frédéric BARRON

Si j'ai malencontreusement utilisé illégalement une photo, merci de me prévenir.