B


LE DAHU

Notre rédacteur en chef, Mr. Wefilazovski, a rencontré un Dahu qui a accepté de répondre à nos questions afin de nous donner quelques explications sur sa mystérieuse existence.
QU'EST-CE QU'UN DAHU ?

  r W : Bonjour Dahu, peux-tu nous expliquer qui tu es ?
D : Je suis un animal imaginaire même si certaines personnes croient à mon existence.
Mr W : Où vis-tu ?
D : Je vis dans les zones montagneuses comme les Alpes et les Pyrénées.
Mr W : Quelle sorte d'animal est-tu ?
D : Je suis un mammifère, on m'apparente souvent au chamois.

 

A QUOI RESSEMBLE UN DAHU ?

r W : Peux-tu nous parler de ton apparence ?
D : Je suis un dahu droitier, cela signifie que mes pattes droites sont plus courtes que mes pattes gauches . De cette façon je peux me déplacer plus facilement à flanc de montagne.
Mr W : Est-ce un avantage ou un inconvénient ?
D : C'est plutôt un inconvénient. Tout d'abord, je ne peux pas faire demi-tour. De plus, il m'est impossible de m'accoupler avec un dahu gaucher, ce qui est très embêtant car lorsque j'étais à l'école il y avait une femelle qui me plaisait beaucoup, mais elle était gauchère et de ce fait je n'ai jamais pu avoir de relation avec elle. Enfin, si il m'arrive de trébucher, je peux tomber de plusieurs mètres et ainsi me faire très mal .

 

QU'EST-CE QUE LA CHASSE AU DAHU ?

r W : Pouvez-vous nous parler de la chasse au dahu  ?
D : Il existe trois méthodes.
La première est issue d'une tradition locale. Elle consiste à faire une battue : en tapant du bâton contre les arbres, les chasseurs parviendraient à nous faire perdre l'équilibre. Le niais du village, croyant dur comme fer à notre existence, est posté un peu plus bas et il est chargé de nous attraper  dans un sac. Il est abandonné  au bout d'un certain moment par les chasseurs est, fatigué après une longue attente, il rentre au village bredouille.
La deuxième méthode consiste à se tenir derrière nous et à nous appeler. Comme nous sommes très sociables, nous nous retournons. Nous perdons alors l'équilibre et on peut facilement nous attraper.
Mr W : Et quelle est la troisième méthode ?
D : La dernière est la plus simple : il suffit de poser du poivre sur une pierre et, lorsque nous broutons nous éternuons en le reniflant et nous nous assommons contre la pierre.
Je tiens à préciser  que ces trois méthodes sont des pures légendes et qu'aucune d'entre elles n'a jamais porté ses fruits.
Mr W : Merci d'avoir répondu à nos questions Dahu et à bientôt pour une nouvelle interview dans Super Interview Magazine !

Retour en haut de la page
Ysée